MediaMed



MediaMed - page d'accueil

INFORMATION DES PATIENTS
EN
OTORHINOLARYNGOLOGIE

Accueil ORL

Demandez votre mot de passe formulaire de demande/mot de passe professionnel

Informations sur l'anesthésie Anesthésie

 le staff le staff notre forum public

Pensez à imprimer cette page, afin de la lire ou la relire plus aisément. Avec Netscape, vous pouvez cliquer sur cette icone. Si vous utilisez un autre navigateur, utilisez sa commande d'impression.


PRESCRIPTIONS POST-OPERATOIRES

ADENOIDECTOMIE ET AMYGDALECTOMIE

ABLATION DES VEGETATIONS SEULES ( ADENOIDECTOMIE)

Toutes les recommandations à lire sur cette page sont valables, mais:

  • Alimentation normale dès la sortie.
  • Repos à la maison seulement jusqu'au premier contrôle post-opératoire vers le 4e ou 5e jour.
  • Un deuxième contrôle peut être conseillé dans une période de 3 à 4 semaines après l’intervention.

AMYGDALECTOMIE

REPOS

Le jour de la sortie:

  • Maintenir l'enfant au lit, modérément couvert, dans une pièce modérément chauffée ( 18°C) à l'abri du soleil.
  • Le laisser au calme (trop de sollicitude nuit).

Du 3e au 8e jour :

  • Repos dans la maison. Veiller à ce qu'il ne reçoive pas trop de visites. Interdire à l'enfant tous les jeux bruyants ou susceptibles de lui demander un effort physique, à plus forte raison les sports quels qu'ils soient pendant 15 jours (ne pas se conformer à cette prescription constituerait une grave imprudence susceptible de créer une hémorragie).
  • Arrêt scolaire: de même 15 jours.

ALIMENTATION

  • Pendant le séjour à la clinique, il a été conseillé de ne rien donner à l'enfant pendant les 5 premières heures, soit jusqu'à 16 heures environ.
  • A partir de 16 heures: boisson froides ou glacées (eau, lait, café au lait, bouillon de légumes passé, jus d'ananas), glace de pâtissier à la vanille, au chocolat ou au café.
  • Le jour de la sortie: ajouter crèmes, flans, compotes, fromages blancs, yaourts; le tout froid.
  • Le lendemain: ajouter pâtes au beurre, oeufs; le tout tiède.
  • Les jours suivants, augmenter progressivement la chaleur et la consistance, jambon et viande hachée.
  • Le 8e jour: alimentation normale.
  • Jusque là, s'abstenir de tout aliment dur (exemple: croûtes de pain, sucre en morceaux, gâteaux secs, etc.) et également de purée.

NE PAS S'INQUIETER

  • Si l’enfant est agité quelques nuits.
  • S’il se plaint des oreilles, surtout en avalant, pendant plusieurs jours.
  • Si le lendemain de l’opération il a des selles noires.
  • S'il présente une fièvre aux alentours de 38°C pendant les 2 ou 3 premiers jours.
  • S'il ronfle et parle du nez pendant quelques jours.
  • Si son haleine est fétide, sa langue sale.
  • S'il a des peaux blanches au fond de la gorge.

PREVENIR LE MEDECIN

  • Si la température augmente au lieu de diminuer après le 3e jour.
  • Si l'enfant saigne du nez, crache ou vomit du sang après sa sortie de clinique et ce, éventuellement, pendant une période de 10 jours après l'intervention.
  • En cas de saignement, il est normal de replacer l'enfant sous surveillance médicale pendant une journée.

D'une manière générale, ne pas hésiter au moindre ennui à ramener l'enfant à la clinique.

SOINS

  • Ne pas donner de gargarismes.
  • Ne pas mettre de gouttes dans le nez.
  • Ne pas donner de médicament contenant de l'aspirine (acide acétylsalicylique).
  • En cas de constipation, faire un petit lavement.
  • Finir ou continuer les médicaments qui restent, de la même manière qu'en pré-opératoire. S'il n'y en a plus ou lorsqu'il n'y en a plus, ne pas en racheter.
  • Prendre les médicaments prescrits sur l'ordonnance donnée à la sortie de la Clinique (soit par le docteur lui-même, soit par l’infirmière de l'étage).
  • Consulter pour un contrôle le 4e ou 5e jour après l'intervention.
  • Consulter à nouveau dans une période comprise entre 3 semaines et 1 mois après l'intervention.

PHB

MediaMed/ORL secteur public - sommaire sommaire

Précautions à prendre pour les opérés des oreilles.

A EVITER

  • Certains médicaments : la quinine et ses dérivés ( prendre Fansidar), les salicylates (aspirine à petite dose), la streptomycine, la gentamycine, la kanamycine et les autres aminosides.
  • Les variations de pression importantes ou brutales : plongeon, nage sous l'eau (toutes les nages de surface sont permises), montagne au dessus de 3000 m, aviation de tourisme (pas de restriction pour les avions de ligne), parachutisme.
  • Les bruits intenses et prolongés : chasse, tir en stand, profession s'exerçant dans le bruit. Ecoute de la musique au casque (baladeur,walkman).

PHB

MediaMed/ORL secteur public - sommaire sommaire

LA POLYPOSE NASO-SINUSIENNE

Maladie peu répandue il y a une vingtaine d'années, sa fréquence semble augmenter de manière quasi exponentielle actuellement.
Il s'agit d'une maladie inflammatoire de la muqueuse respiratoire dont la cause précise est inconnue.
Dans un certain nombre de cas on retrouve une allergie mais pas plus souvent que dans les autres pathologies ORL.
Le terme de polypose naso-sinusienne n'a pas la connotation péjorative de polyposes digestives. Elle n'est pas un cancer et n'en fait jamais le lit.

Il s'agit de "baudruches d'oedème" qui emplissent d'abord les sinus puis envahissent progressivement les fosses nasales entravant odorat et respiration.

Si dans l'état actuel des connaissances on ignore le facteur causal, les traitements connus permettent, en revanche, de bien maîtriser cette prolifération oedèmateuse mais demandent à être pluriquotidiens et continus.
Ils reposent sur les corticoïdes inhalés par le nez et des cures courtes ou plus ou moins prolongées de corticoïdes ou autre anti-oedèmateux par voie générale.
Ces traitements médicamenteux doivent être adaptés au cas de chaque patient.
Ces traitements doivent assez souvent être accompagnés de gestes chirurgicaux visant à rétablir une bonne perméabilité nasale pour que les produits inhalés par le nez puissent bien aller toucher l'ensemble de la muqueuse. Cette chirurgie se fait par voie du trou de nez, sans cicatrice externe, sous endoscopie, avec anesthésie générale. Cette chirurgie fonctionnelle n'est pas exempte de risque compte tenu des régions voisines : oeil, cerveau, carotide interne, nerf optique. Elle est toujours précédée d'un scanner pour cerner au mieux les pièges anatomiques.

PHB 25/09/98

La clinique des Charmilles/ORL secteur public - sommaire sommaire

LES BOUCHONS DE CÉRUMEN

COMMENT NETTOYER UNE OREILLE ?

LES BOUCHONS DE CÉRUMEN :

Une oreille est dotée d'un dispositif auto-nettoyant sinon elle serait sale comme un ombilic en permanence or il n'en est rien.

Un filtre à grosses impuretés et/ou insectes = poils des oreilles.

Il existe donc un piège à poussière = la cire ou cérumen. "Un tapis roulant" vers l'extérieur = la peau du conduit et les petits poils.

La cire englue les particules passées au travers des poils car elle est présente sur la peau et les poils (gouttes) aussi.

L'ensemble est transporté vers l'extérieur par le "tapis roulant" qui naît au fond du conduit au niveau du tympan.

Le coton tige remonte toute la mécanique à l'envers, casse le "tapis roulant" tout en accumulant la cire trop vieille, trop sèche, que ce même "tapis roulant" ne peut plus transporter.

NETTOYAGE DE L'OREILLE :

"Une oreille, ce n'est pas comme les cuivres cela ne s'astique pas".

Lavage avec un gant de toilette simplement...

Pas de coton, coton monté, coton tige, épingle, allumette, clef, etc.

PHB 30/10/98
Source : Hôpital privé de Paris Essonne

La clinique des Charmilles/ORL secteur public - sommaire sommaire


© MediaMed - 31b.2.4b.1 page 230218