. Café et maladie d'Alzheimer - MediaMed

MediaMed



Accueil MediaMed

MediaMed Informations en neurologieNEUROLOGIE INFORMATION

Du café contre la maladie d'Alzheimer

Chaque fois qu'un effet bénéfique du vin ou du café sur la santé est suggéré dans le cadre d'un travail scientifique reconnu par une revue à comité de lecture, l'engouement médiatique est immédiat et les résultats répétés à l'envi dans la presse tout public.

La science transgressant l'interdit fait le scoop, et l'intérêt de certains lobbies, toujours très puissants, n'est certes pas d'en amoindrir l'impact.
Le café a ainsi obtenu le premier rôle du feuilleton de l'été, avec la maladie d'Alzheimer en gueststar, dans une production mise en scène par Gary W. Arendash et al. à l'université de Floride-du-Sud à Tampa (États-Unis).

Un modèle animal original et pertinent

Cette équipe effectue depuis plusieurs années des études sur modèle animal en utilisant des souris transgéniques développant avec l'âge une démence neurodégénérative proche de la maladie d'Alzheimer [1]. L'intérêt de l'oxygénation, notamment, a été montré en utilisant ce modèle [2].
Concernant le sujet qui nous occupe, un premier travail, publié en 2006, avait permis de conclure à un effet protecteur de la caféine avec diminution de la synthèse de bêta-amyloïdes cérébraux [3].
Afin d'explorer l'aspect clinique, une population de 55 souris âgées de 18 à 19 mois (équivalents à 70 ans pour un être humain) a été sériée en deux groupes et une dose de 1,5 mg de caféine par jour (équivalente à 500 mg de caféine, soient cinq tasses de café ou 14 tasses de thé, pour un être humain) a été mélangée à l'eau et administrée à la moitié d'entre elles.

Une amélioration cognitive est observée après administration de caféine

Après 4 à 5 semaines, les souris consommant la caféine ont obtenu de meilleurs résultats aux tests de mémorisation, d'identification et de spatialisation. De plus, la caféine a de nouveau induit, non seulement une baisse de la concentration plasmatique des bêta-amyloïdes, mais également une diminution des bêta-amyloïdes cérébraux, solubles ou en plaques (40 % de moins dans l'hippocampe et 46 % de moins dans le cortex) [4]. Dans le même numéro du Journal of Alzheimer's Disease, G. W Arendash et al. précisent que l'effet de la caféine sur les bêta-amyloïdes circulants et déposés, liée à une action suppressive de l'expression de la bêta-secrétase et de la préseniline 1 gamma-secrétase, concerne les souris quelque soit leur âge [5]. Cette mise en évidence du caractère réversible de la symptomatologie neurologique grâce à la caféine peut laisser espérer des applications thérapeutiques à terme.
En attendant l'expérimentation humaine, G. W. Arendash et al. utilisent leur modèle favori pour tenter de démontrer l'effet bénéfique d'un rayonnement électromagnétique à haute fréquence (comme ceux utilisés par les téléphones cellulaires) sur les troubles cognitifs [6].

HG

1. Gary W. Arendash - Medline.
2. Arendash GW, et al. Oxygen treatment triggers cognitive impairment in Alzheimer's transgenic mice. Neuroreport 2009;20:1087-92.
3. Arendash GW, et al. Caffeine protects Alzheimer's mice against cognitive impairment and reduces brain beta-amyloid production. J Neuroscience 2006;142:941-52. Epub 2006 Aug 28.
4. Arendash GW, et al. Caffeine Reverses Cognitive Impairment and Decreases Brain Amyloid-beta Levels in Aged Alzheimer's Disease Mice. J Alzheimers Dis 2009;17:661-80.
5. Cao C, et al. Caffeine Suppresses Amyloid-beta Levels in Plasma and Brain of Alzheimer's Disease Transgenic Mice. J Alzheimers Dis 2009;17:681-97.
6. Arendash GW, et al. Electromagnetic Field Treatment Protects Against and Reverses Cognitive Impairment in Alzheimer's Disease Mice. J Alzheimers Dis 2009 Sep 11. [Epub ahead of print].

4112.1 031009