Accueil MediaMed

NEUROLOGIE MediaMed Informations en neurologieINFORMATION PROFESSIONNELLE

LES COMPLICATIONS NEUROLOGIQUES PRECOCES APRES MANIPULATIONS SONT RARISSIMESLES COMPLICATIONS NEUROLOGIQUES PRECOCES APRES MANIPULATIONS SONT RARISSIMES

Soixante-quatre cas d'ischémie cérébrale après manipulations, non publiés, ayant fait l'objet d'une demande de réparation et donc d'une expertise, sur une période de seize ans au Canada et aux Etats-Unis, ont été analysés. Parmi les patients, 64 % étaient des femmes, l'âge moyen était de 36,3 ± 6,1 ans (de 24 à 53 ans). Les motifs de manipulation ont été les suivants: céphalées (77 %), cervicalgie (91 %), douleur d'un membre supérieur (25 %), douleur dorsale (23 %), lombalgie (25 %) et douleur d'un membre inférieur (8 %). Les troubles neurologiques sont survenus immédiatement ou dans les 48 heures suivant la manipulation pour 94 % des patients. Les patients ont été traités par anticoagulants (55 %), aspirine (16 %) ou n'ont pas été traités (30 %). La comparaison des facteurs de risque par rapport à la population générale n'a pas permis de mettre en évidence un facteur prédisposant. Ces complications neurologiques demeurent rarissimes (leur incidence est évaluée entre 1/500 000 et 1/3,85 millions de manipulations cervicales). Ainsi, l'interrogatoire et l'examen clinique conduits avec rigueur ne permettent pas d'identifier de facteurs de risque de survenue d'un accident vasculaire cérébral.
Henri Gracies
Haldeman S, Kohlbeck FJ, McGregor M. Unpredictability of cerebrovascular ischemia associated with cervical spine manipulation therapy. A review of sixty-four cases after cervical spine manipulation. Spine 2002;27:49-55.

LE ZONA OPHTALMIQUE
LE ZONA
      OPHTALMIQUELe virus varicelle-zona (VZV) est responsable de la maladie réalisant une ganglioradiculite postérieure par atteinte du ganglion de Gasser. Les manifestations oculaires s'y rencontrent une fois sur deux, dominées par les kératites et les uvéites antérieures, pouvant compromettre la fonction visuelle, faisant la gravité de cette affection fréquente.
Henri Gracies

Lire la mise au point

SEP : ASSOCIATION INTERFERON - CYCLOPHOSPHAMIDE
Dans cette étude italienne, dix patients présentant une sclérose en plaques (SEP), d'évolution transitionnelle rapide (aggravation EDSS > 1,5 en six mois) et résistant a un traitement d'au moins un an sous interféron, ont bénéficié de l'adjonction d'un traitement par cyclophosphamide à dose suffisante (500 à 1500mg/m2) pour obtenir une lymphocytopénie comprise entre 600 et 900/mm3. L'association cyclophosphamide et interféron béta (6 Avonex et 4 bétaféron) poursuivie 18 mois a été bien tolérée et un effet spectaculaire a été constaté sur la diminution du nombre de poussées (p < 0,0001), sur l'évolution du handicap (p < 0,0001) et sur la charge lésionnelle en IRM pondérée T2 (p < 0,001). Malgré les importantes limites méthodologiques de l'étude (absence de randomisation, de groupe contrôle, absence d'aveugle), ces premiers résultats prometteurs justifient une étude de plus grande envergure dans ces formes de SEP caractérisées par un début rémittent sévère évoluant très rapidement vers une forme secondairement progressive.
Jean-Christophe Ouallet

Patti P, et al. Combination of cyclophosphamide and interferon- halts progression in patients with rapidly transitional multiple sclerosis. J Neurol Neurosurg Psychiatry 2001;71:404-7.

En pages publiques :

Fiche Santé   Surveillance du traitement anticoagulant

Les liens en neurologie

LA MALADIE DE CREUTZFELDT-JAKOB
La maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) est une infection humaine neuro-dégénérative rare et fatale, décrite pour la première fois en 1920, classée dans les encéphalopathies spongiformes transmissibles qui peuvent toucher également le mouton, la chèvre, la vache, le vison et le cerf, plus récemment le chat, des animaux sauvages en captivité et le singe.
René Jarousse

Lire la mise au point

ABAISSER LA PRESSION ARTERIELLE REDUIT LE RISQUE D'AVC MEME CHEZ LES NORMOTENDUS
Les résultats de l'étude PROGRESS (Perindopril Protection Against Recurrent Stroke Study) ont montré les bienfaits d'un abaissement de la pression artérielle, même en l'absence d'hypertension. Les sujets, répartis par randomisation, ont reçu un inhibiteur de l'enzyme de conversion: le périndopril, associé ou non à un diurétique, l'indapamide (n = 3051). Au cours d'un suivi de quatre ans, la baisse de la pression artérielle a permis une réduction significative du risque de d'accident vasculaire cérébral des sujets traités (28 %, p < 0,0001) comparés à ceux du groupe témoin sous placebo (n = 3054), qu'ils soient hypertendus ou normotendus. Cette diminution du risque est apparue proportionnelle à la baisse tensionnelle.
Henri Gracies

PROGRESS Collaborative Study Group. Randomised trial of a perindopril-based blood-pressure-lowering regimen among 6,105 individuals with previous stroke or transient ischemic attack. Lancet 2001;358:1033-41.

SLA ET HIV
La diversité des manifestations neurologiques associées ou consécutives au VIH rend leur diagnostic difficile et pose la question de leur imputabilité à l'exposition virale. L'une des rares équipes française, pluridisciplinaire, aguerrie dans la prise en charge des patients VIH, a revu l'ensemble de ses patients suivis depuis treize ans et présentant des manifestations neurologiques et montré que l'incidence des scléroses latérales amyotrophiques (SLA), définies selon les critères de El Escorial, est plus élevée que le simple hasard ne le voudrait. Les tableaux de SLA ont été typiques chez six patients : même atteinte motoneuronale périphérique et centrale, mêmes caractéristiques électrophysiologiques. Cette SLA est survenue à l'âge moyen de 34 ans chez des patients fortement immunodéprimés avec 86,2 CD4 /mm3. Les éléments distinctifs essentiels ont été l'évolution rapide, mais aussi l'amélioration singulière de ces atteintes de la corne antérieure avec une bonne réponse au traitement antirétroviral. Les mécanismes incriminés sont divers mais non avérés (infection neuronale, substance virale toxique, réaction autoimmune). A contrario, l'évolution particulière de ces syndromes pourrait en faire un modèle quasi expérimental de SLA et remet en selle le rôle pathogène des virus dans cette pathologie.
Michel Logak

Moulignier A, Moulonguet A, Pialoux G, Rozenbaum W. Reversible ALS-like disorder in HIV infection. Neurology 2001;57:945-6.

RETOUR


    Les pages professionnelles  CC Pages Professionnelles

MediAnnonce - les annonces professionnelles MediAnnonce

© MediaMed - 3009.7 031009