MediaMed           Médecine et santé



Reviewers

Publier un article dans une revue huppée est parfois un parcours du combattant. Témoin, ce courrier :

Reviewers                                                         Correcteurs

Dear Sir, Madame, or Other.

Enclosed is our latest version of Ms# 85-02-22-RRRRR, that is, the re-re-re-revised revision of our paper. Choke on it. We have again rewritten the entire manuscript from start to finish. We even changed the goddam running head! Hopefully we have suffered enough by now to satisfy even you and your bloodthirsty reviewers.

I shall skip the usual point-by-point description of every single change we made in response to the critiques. After all, it is fairly clear that your reviewers are less interested in details of scientific procedures than in working out their personality problems and sexual frustrations by seeking some kind of demented glee in the sadistic and arbitrary exercise of tyrannical power over hapless authors like ourselves who happen to fall into their clutches.

We do understand that, in view of the misanthropic psychopaths you have on your editorial board, you need to keep sending them papers, for if they weren' t receiving manuscripts they' d probably be out mugging old ladies or clubbing baby seals to death.

Still, from this batch of reviewers, C was clearly me most hostile, and we request that you not ask him or her to review this revision. Indeed, we have mailed letter bombs to four or five people we suspect of being reviewer C. So if you send the manuscript back to them the review process could be unduly delayed.

Some of the reviewer's comments we couldn't do anything about. For example, if (as reviewer C suggested) several of my recent ancestors were indeed drawn from other species, it is too late to change that. Other suggestions were implemented, however, and the paper was improved and benefited. Thus, you suggested that we shorten the manuscript by 5 pages, and we were able to accomplish this effectively by altering margins and printing the paper in a different font with a smaller typeface. We agree with you that the paper is much better this way.

One perplexing problem was dealing with suggestions 13-28 by reviewer B. As you may recall (that is if you even bother reading the reviews before doing your decision letter), that reviewer listed 16 works that he/she felt we would cite in this paper. They were on a variety of different topics, none of which had any relevance to our work. Indeed, one was an essay on the Spanish-American war from a high school literary magazine. The only common thread was that all 16 were by the same author, presumably someone whom reviewer B greatly admires and feels should be more widely cited. To handle this, we have modified the introduction and added, after the review of relevant literature, a subsection entitled "review of irrelevant literature" that discusses these articles and also duly addresses some of the more asinine suggestions in the other reviews.

We hope that you will be  pleased with this revision and will finally recognize how urgently deserving of publication this work is. If not, then you are an unscrupulous, depraved monster with no shred of human decency. You ought to be in a cage. May whatever heritage you come from be the butt of the next round of ethnic jokes. If you do accept it, however, we wish to thank you for your patience and wisdom throughout this process and to express our appreciation of your scholarly insights. To repay you. we would be happy to review some manuscripts for you: please send us the next manuscript that any of these reviewers submits to your journal. Assuming you accept this paper, we would also like to add a footnote acknowledging your help with this manuscript and to point out that we liked the paper much better the way we originally wrote it but you held the editorial shotgun to your heads and forced us to chop, reshuffle, restate, hedge, expand, shorten, and in general convert a meaty paper into stirfried vegetables. We couldn't, or wouldn't have done it without your input.

Roy F. Baumeister
Case Western Reserve University
Cleveland
(From Dialogue)

Cher Monsieur, Madame, ou Autre

Vous trouverez ci-joint la dernière version de Ms# 85-02-22-RRRRR, c'est-à-dire le la ré-ré-ré-révision de notre papier. Puissiez vous vous étrangler avec. Nous avons à nouveau réécrit entièrement le manuscrit du début à la fin. Nous avons même changé ce sacré titre courant. En espérant que nous avons à présent assez souffert pour vous satisfaire vous et vos correcteurs assoiffés de sang..

Je sauterai la description habituelle, point par point, de chaque modification que nous avons faite en réponse aux critiques. Après tout, il est bien clair que vos correcteurs sont moins intéressés par les détails des procédures scientifiques, que par leurs problèmes de personnalité et de frustration sexuelle, qu'ils cherchent à apaiser en prenant une joie démente dans l'exercice sadique et arbitraire du pouvoir tyrannique qu'ils exercent sur les auteurs ayant eu, comme nous, le malheur de tomber entre leurs griffes.

Nous comprenons très bien, compte tenu des psychopathes misanthropes recrutés dans votre comité éditorial, qu'il vous soit nécessaire de continuer de leur envoyer des articles, car s'ils ne recevaient pas de manuscrits ils passeraient probablement leur temps à agresser les vieilles dames ou à matraquer à mort les bébés phoques.

Cependant, de ce groupe, le correcteur C  était clairement le plus hostile et nous vous demandons de ne par lui adresser cette révision. En effet, nous avons posté des lettres incendiaires à quatre ou cinq personnes que nous soupçonnions d'être le correcteur C. Si vous lui réadressiez le manuscrit, la revue pourrait donc en être reportée à une date indéterminée.

Nous n'avons rien pu faire concernant certains commentaires des correcteurs. Par exemple, comme l'a suggéré le correcteur C, si plusieurs de mes ancêtres récents venaient certainement d'une autre espèce, il est malheureusement trop tard pour en changer. D'autres suggestions ont par contre été retenues et notre papier en a été amélioré. Vous aviez suggéré, par exemple, de raccourcir le manuscrit de 5 pages, et nous avons pu y parvenir en diminuant les marges et en utilisant une autre police à caractères plus petits. Nous reconnaissons que le papier est beaucoup mieux ainsi.

Un problème qui nous a laissé perplexe étaient les suggestions 13 à 28 du correcteur B. Comme il doit vous en souvenir (si vous avez pris la peine de lire les suggestions de correction avant d'envoyer votre lettre de décision) il/elle donnait une liste de seize publications que nous devrions citer dans notre papier. Ces travaux couvraient différents sujets dont aucun n'avait le moindre rapport avec notre travail. Ainsi, l'un d'entre eux était une nouvelle sur la guerre hispano-américaine publiée dans un magazine littéraire de collège. Le seul point commun était que ces 16 publications étaient du même auteur ; probablement quelqu'un que le correcteur B admire grandement et dont il pense qu'il devrait être plus largement cité. Pour en tenir compte nous avons modifié l'introduction et ajouté, après la revue de la littérature sur le sujet, un sous chapitre intitulé "revue de littérature sur d'autres sujets" qui commente ces articles et renvoie, comme il se doit, aux suggestions les plus stupides des autres chapitres.

Nous espérons que cette révision vous plaira et que vous reconnaîtrez en définitive à quel point ce travail mérite une publication urgente. Dans le cas contraire, vous seriez un monstre sans scrupules et dépravé, sans une once de décence humaine. Vous devriez être en cage. Vous pourriez être, par conséquent, la cible à venir de toutes les blagues ethniques. Cependant, si vous acceptez, nous souhaiterions vous remercier de votre patience et de votre sagesse pendant toute la procédure, et vous exprimer notre appréciation de vos lumières littéraires. En échange, nous serions heureux de corriger quelques manuscrits pour vous. N'hésitez pas à nous adresser le prochain manuscrit adressé au journal par un de vos correcteurs. En admettant que vous acceptiez ce papier, nous voudrions également ajouter une note de bas de page reconnaissant votre aide pour ce manuscrit et mettant en lumière notre réelle préférence pour la version actuelle sur l'original, depuis que vous avez  pointé sur nos têtes le pistolet éditorial, pour nous forcer à couper, restructurer, restyler, diluer, expandre, raccourcir et, d'une manière générale, transformer un papier consistant en mélasse infâme. Jamais nous n'aurions pu ou voulu y parvenir sans votre contribution.

Remerciements : A Brézin, Y Le Mer     Source : Listesnof

Avant de publier votre travail, il vous faudra l'écrire : Medical Jargon